Follow by Email

mardi 29 janvier 2013

INAUGURATION DES TRAVAUX DE L’ECOLE GASTON MARNOT

3 classes à double niveau et une CLIS constituent le groupe scolaire Gaston Marnot, ce qui représente un total de 87 élèves.

Les effectifs sont en légère diminution dans cette école depuis plusieurs années, ce qui laisse une marge de manœuvre pour équilibrer les classes sur les écoles du centre-ville (Rigault, Jeu de Paume et aussi Aristide Briand).

Dans le cadre du programme des travaux 2011 au sein des établissements scolaires du 1er degré, la Collectivité a souhaité procéder à la réfection de la couverture et au ravalement des façades. Ce choix consistait à assurer le couvert de ce bâtiment qui était affecté par des tuiles plates gélives  et des chéneaux périphériques vétustes. Les crépis et le jointoiement étaient détériorés par  le temps ainsi que certains blocs de pierre.
En raison de la proximité de l’édifice cultuel classé Monument Historique, la direction des services techniques a conduit, en présence du Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine, un choix sur le taux du panachage et des teintes des tuiles plates.

La partie de la toiture cintrée a été réalisée en zinc naturel sur tasseaux y compris le remplacement en totalité des voliges jointives. L’ensemble des chéneaux a été refait ainsi que les descentes d’eaux pluviales. Les fenêtres de toit ont été remplacées et un système de désenfumage a été mis en place dans l’escalier principal afin d’améliorer la lutte contre l’incendie dans cet Etablissement Recevant du Public. Les façades constituées de briques en terre cuite ont été nettoyées ainsi que les modénatures en pierre. Le jointoiement des briques a été repris en fonction des besoins et les pierres ont reçu un traitement protecteur. Quelques pierres ont été remplacées en fonction de la nécessité de leur état.

Pour se faire, la Collectivité a établi un Dossier Consultation Entreprises qui a désigné les attributaires suivants :

·       Lot n° 1 – Echafaudage – Entreprise Moresk

·       Lot n° 2 – Couverture – Entreprise Laboise

·       Lot n° 3 – Ravalement – Entreprise Moresk

 
Les travaux ont débuté en février 2012 pour s’achever en partie en janvier 2013. Le coût global des travaux s’élève à 378 014,58 € TTC. Une mission de coordination de Sécurité et Protection de la Santé a été confiée au Cabinet ACEBTP pour un montant de 1 653,47 € TTC.

Il est à noter qu’en raison de la liquidation de l’Entreprise LABOISE, il reste quelques prestations à finaliser.

lundi 21 janvier 2013

Le placement des enfants maltraités : mais avec quel projet ?


Mesdames, Messieurs,

C’est avec plaisir que je vous rejoins pour clore cette matinée. Je tiens vraiment à vous remercier de votre présence nombreuse ce matin. La présence de tant de professionnels de Sens, de l’Yonne et même de plus loin, est significative.

 Je suis fier que cette journée se déroule à Sens, à l’initiative du CLSPD de Sens, c'est-à-dire grâce à une conception pluri partenariale des projets. Nous avons à cœur d’associer l’ensemble des partenaires sur des thématiques si importantes et cette journée n’échappe pas à ce principe. La journée d’aujourd’hui, prévue de longue date, témoigne d’une logique, d’une dynamique dans notre réflexion sur les violences intrafamiliales. Et, à ce travail de réflexion et de coordination, nous associons et continuerons à le faire, les services et institutions concernées par les violences intrafamiliales ; comme nous l’avons déjà fait lors d’une réunion partenariale le 15 mai 2012, réunion à laquelle étaient présents ou invités Monsieur le sous-Préfet, Monsieur le Président du Conseil Général (représenté pour l’occasion par Monsieur le Président de la Communauté de Communes du Sénonais), Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de Sens, Monsieur le Procureur d’Auxerre, Madame la Procureur de Sens, Madame la Directrice académique des services départementaux de l’éducation nationale et Madame la Directrice du Centre Hospitalier de Sens.

La Ville a la légitimité d’agir sur la thématique qui nous rassemble aujourd’hui : les enfants, les parents, les familles vivent au quotidien sur notre territoire. Le placement est de plus une thématique inévitable à la vue de l’histoire du territoire sénonais et icaunais.
Tous les professionnels et les citoyens sont donc concernés et cette thématique est véritablement une préoccupation du terrain, comme en témoigne votre présence.

Avant de conclure mon propos, je tiens encore à vous remercier. Tout comme je remercie Stefano CIRILLO qui s’est exprimé ce matin, et  comme je remercie les participants de la table ronde qui aura lieu cet après-midi, et à travers eux les institutions ou structures qu’ils représentent.
Bon après-midi de travail. Je vous remercie.

jeudi 17 janvier 2013

INAUGURATION DES TRAVAUX DE RÉNOVATION DE L’ÉCOLE MATERNELLE PAUL BERT

L’école maternelle Paul Bert comprend 5 classes et accueille  124 élèves, soit une moyenne de 24 élèves par classe, ce qui représente un secteur scolaire très chargé. Je tiens d’ailleurs à remercier le corps enseignant pour son investissement patent et déterminant.  Il n’y a pas de possibilité d’ouvrir une classe supplémentaire car les locaux ne le permettent pas.
Chaque année, le service des affaires scolaires est obligé de répartir les élèves du secteur sur les écoles Marie Noël, Les Beaumonts et Pierre Larousse. Pour la rentrée scolaire prochaine, le cas précité va ainsi être reconduit.
 
3 Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (ATSEM) à temps plein sont affectés dans l’école + 1 ATSEM l’est à mi-temps. Un partenariat de bonne qualité avec la direction de cette école est à souligner.
Au travers d’actes volontaires et multiples d’accessibilité sur la couverture et le vieillissement du revêtement, le complexe existant ne remplissait plus sa fonction principale de garantie d’étanchéité du bâtiment.
Dans le cadre de la programmation 2011 des travaux d’amélioration et de rénovation au sein des bâtiments communaux, la collectivité a retenu une attention toute particulière à la réfection complète de la toiture terrasse du présent groupe scolaire.
Le coût de cette opération s’élève à 80 636,65 € TTC. Cette réalisation a été effectuée par l’entreprise DITEC-CHARPIN pendant les vacances scolaires de l’été 2012.
A titre d’information, le gymnase Paul Bert sera démoli dans le courant du mois de janvier 2013. Cependant, les enfants disposent d’une salle d’évolution dédiée aux activités physiques au sein de l’établissement.

 

mardi 15 janvier 2013

Voeux à la population


Monsieur le Sous-Préfet,

Madame Le Député,

Madame la Vice-présidente de Région,

Mesdames, Messieurs les élus : Maires, conseillers généraux et municipaux,

Mesdames et Messieurs les représentants de l’autorité judiciaire,

Messieurs les représentants des forces de l’ordre,

Mesdames et Messieurs les représentants du monde éducatif,

Mesdames et messieurs les représentants des chambres consulaires,

Messieurs les représentants des cultes,

Mesdames et messieurs les chefs d’entreprise, commerçants et artisans,

Mesdames et Messieurs les présidents des associations,

Mesdames et Messieurs,

Mes chers concitoyens,

Chers amis,


A vous tous ici présents, certains désormais habitués, quand d’autres viennent pour la première fois, je souhaite la bienvenue dans les Grands Salons de l’Hôtel de Ville, notre Maison commune, pour cette traditionnelle cérémonie des vœux.

 

C’est pour moi l’occasion d’exprimer, sincèrement et chaleureusement, à vous-mêmes et à toutes celles et ceux qui vous sont proches, mes vœux de santé, de bonheur, de réussite dans vos projets, bref, d’accomplissement et d’épanouissement personnel.

Mais permettez-moi  aussi d’avoir d’abord  une pensée pour ceux qui souffrent, que la vie a laissé au bord du chemin. Dans cette période de crise qui n’en finit pas depuis 2008, ils sont de plus en plus nombreux. Les ravages causés par un chômage de masse et une activité atone font trembler les fondements de notre société qui repose sur le travail. Désormais, c’est bien la cohésion de la Nation qui est en danger et la dignité des hommes qui est atteinte. Les replis communautaires pointent, l’Union Européenne, et je pense plus particulièrement ici à nos amis portugais avec qui nous avons désormais un jumelage, l’Union Européenne donc, est au bord de la rupture, alors que globalement le Monde va plutôt bien. L’Amérique latine affirme sa présence sur la scène mondiale, l’Afrique, malgré maints soubresauts, émerge, la zone pacifique-Asie est le moteur de la croissance mondiale. Il n’y a donc aucune fatalité au déclin car nos pays sont riches de talents, d’histoire, des savoir-faire, et nous en appelons à tous nos dirigeants pour remettre très vite nos pays sur la voie du progrès, sans quoi rien ne sera possible localement,  nous condamnent à n’être qu’une sorte de Croix-Rouge en charge d’administrer le déclin et la souffrance sociale.

En France, nous avons une force, c’est notre modèle républicain : Liberté, égalité, Fraternité, et comme Radical émule de Lucien Cornet, en ces lieux,  j’y ajouterai Solidarité. Faisons vivre, redonnons tout leur sens à ces quatre mots : Liberté, égalité, Fraternité et Solidarité. Qu’ils éclairent chaque jour notre action au service du bien commun, c’est le souhait de notre équipe municipale, notre volonté, c’est la boussole qui guide notre action ici à Sens.

-----------------------------------

Solidarité, Dynamisme. Depuis 2008, tel est le fil conducteur du mandat que vous avez confié à notre équipe municipale jusqu’en 2014. Pour une ville plus juste, une ville pour tous,  une ville apaisée, une ville qui cultive le savoir-vivre ensemble. Une ville que nous avons réveillée et dynamisée, une ville au service de ses administrés, mais aussi une ville favorable à l’activité et accueillante pour les investisseurs. Sans création de richesses et sans développement de l’activité, il ne peut y avoir de solidarité.

Préparer l’avenir et améliorer le présent, cela passe par l’affirmation de notre identité qui ne doit pas se fondre dans celle de cette troisième couronne parisienne à laquelle nous appartenons, que nous le voulions ou non. Tels sont les défis permanents de vos élus au service de votre quotidien, avec l’appui d’une administration communale compétente, dévouée, et, je le sais, appréciée.

2012 a été une année riche en innovations et vous n’échapperez pas à l’énoncé de quelques réalisations municipales, petites ou grandes.

J’ai eu le plaisir d’assister aux veux de Gilles Millès à Gron hier soir. Mine de rien et avec légèreté, il a égrené l’ensemble de ses réalisations depuis le début de son mandat de maire. Rassurez-vous ! Je n’évoquerai pour ma part que quelques réalisations de l’année 2012 avec leur forte visibilité et leur impact concret sur la vie quotidienne des administrés. Aidés en cela par un personnel municipal mobilisé pour des concrétisations des plus modestes mais utiles, jusqu’aux réalisations les plus emblématiques. Je commencerai par rappeler les importants aménagements et réaménagements urbains qui ont été entrepris.

La réfection des promenades s’est poursuivie, confortant la valeur de ce patrimoine tant apprécié des Sénonais : renouvellement des enrobés, remplacement des arbres malades par des variétés plus résistantes et refonte du stationnement qui nous ont permis de créer de nombreuses places de parking. Réfection complète de la place Jean Jaurès, la plus fréquentée de la ville et véritable lieu de vie avec la foire, qui était dans un état désastreux.


Ces réfections ont été l’occasion de réussir un pari : concilier la gratuité du stationnement et sa nécessaire rotation afin de conforter l’attractivité du centre-ville. Je veux parler ici de la mise en place des zones bleues, 2 heures de stationnement gratuit aux 4 points cardinaux du centre-ville. Cette réalisation est aujourd’hui plébiscitée par les usagers et les commerçants, permettant à Sens de cultiver une exception nationale très appréciée : quelle ville de notre taille offre aujourd’hui autant de places gratuites à 5 minutes du centre-ville ?

L’ouverture du parking souterrain du marché couvert a enrichi cette offre de stationnement.

Parce que nous croyons en la proximité et au lien social que permet le petit commerce, nous avons aussi voulu sauver la rue d’Alsace-Lorraine et ses commerçants. Nous l’avons transformée en plateau semi-piétonnier en un temps record, en lien et concertation avec leurs associations et les riverains.

Enfin, les aménagements urbains intègrent aujourd’hui automatiquement les normes pour les personnes à mobilité réduite de même que les cheminements cyclistes. La délégation aux mobilités actives, grâce à son partenariat avec les usagers et les associations, a créé le label cyclo’sens qui a abouti à la création de nouvelles pistes cyclables, d’abris à vélo comme celui de la gare, déjà saturé d’ailleurs, validant au passage le bien-fondé de cette politique. La coulée verte sera terminée au cours de cette mandature et plus de 200 arceaux à vélo ont été posés à travers la ville. La création d’un refuge LPO au moulin à tan est dans le même ordre d’idée.


Le lien social et le bien vivre ensemble, c’est aussi la culture. Dans ce domaine, le festival d’été a innové. Avec une grande scène place de la République, nous avons reçu un panel d’artistes divers et reconnus, pour tous les goûts. Un véritable festival où l’esprit vagabond de chacun pouvait vaquer de spectacle en spectacle ou performance.

 Grand moment de convivialité, nous avons voulu un festival gratuit et accessible à tous, car nous savons qu’en période difficile, c’est un des premiers budgets sur lequel les gens sont tentés de faire des économies. Devant le succès de cette formule, il sera reconduit cette année en parallèle à tous les évènements habituels.

La solidarité est une valeur que nous cultivons à Sens, un engagement fort de la municipalité avec son corolaire, la responsabilité. Je rappellerai nos efforts massifs envers la petite enfance et les familles. A Sens, fait particulièrement rare et qui ne laisse jamais d’étonner les nouveaux habitants, en particulier lorsqu’ils viennent de région parisienne, il n’y a plus d’attente pour nos garderies et nos crèches. Nous nous sommes donnés les moyens d’accueillir tous les enfants et, de la même manière, nous n’excluons personne des cantines scolaires, car nous estimons qu’un enfant doit pouvoir compter sur un repas complet et équilibrer chaque jour. Générosité ne signifie pas laxisme puisque parallèlement, nous avons mis en place un dispositif efficace de prévention des impayés.

La solidarité est aussi intergénérationnelle. En concourant puis en obtenant le label national « Bien Vieillir Vivre ensemble » auprès du ministère des affaires sociales et de la santé, label que seul une quarantaine de ville ont obtenu, nous nous sommes donné  un cadre règlementaire et un cahier des charges exigeant en matière de prestations et service public envers nos ainés, une véritable garantie de service, un contrat de confiance. Nous savons ce que nous devons à nos aînés.

Dans le domaine de l’habitat, le renouvellement urbain, réorienté et renégocié grâce à l’avenant de 10 millions d’euros sous l’égide du ministère de la ville, se poursuit et remodèle nos quartiers. Des barres d’immeubles ont été démoli Boulevard de Verdun dans le quartier des Chaillots, de même qu’au sein de l’îlot la Fontaine Boileau au Champs-Plaisants. Ces immeubles obsolètes laisseront la place à des espaces verts et les habitants ont été relogés dans des bâtiments neufs ou améliorés d’un point de vue ergonomique et énergétique.

2012 a vu aussi l’aboutissement et le lancement d’un projet audacieux, d’une grande ampleur, bénéfique à la fois pour la population, pour l’environnement et l’économie locale : je veux parler bien sûr de notre nouvelle chaufferie urbaine qui fonctionne au bois.

Cette réalisation doit être notre fierté, car peut de ville avait fait ce pari d’une énergie abondante et locale, le bois issu à plus de 50% de la récupération, le reste est collecté dans un rayon de 75 kms auprès d’exploitants forestiers locaux. Plus besoin de gaz de Russie ou de pétrole du Moyen-Orient, mais une énergie et des emplois en France et dans l’Yonne et le sénonais. Pour l’environnement, un bilan carbone évidement positif, et pour les usagers, une excellente nouvelle : la baisse significative de la facture de chauffage. Les lycées ont réalisé une économie de plus de 80 000 euro en 2012, des économies du même ordre sont réalisées pour nos équipements publics reliés au réseau de chaleur. Pour les habitants équipés du chauffage collectif réseau, c’est une baisse très concrète de leur facture de chauffage qui se passe de démonstration à l’heure où le gaz, le fioul et l’électricité continuent d’augmenter et grèvent notre pouvoir d’achat.


Enfin, j’évoquerai pour conclure le bilan de 2012, la question de la sécurité publique qui est un droit fondamental de l’Homme. Sans sécurité, il n’est pas d’exercice possible de nos libertés. Dans ce domaine, je me réjouis des excellents résultats obtenus puisque selon M. le Préfet, la délinquance a baissé à Sens en 2012. Certes, et j’adresse ici un message de soutien aux victimes, trop de faits délictueux ont encore été constatés, mais dans un contexte national de relative hausse. Cette baisse témoigne de l’excellent travail de nos forces de police nationale et municipale que je félicite chaleureusement, d’autant plus que la population sénonaise augmente et rajeunit dans le même temps que l’activité économique industrielle et commerciale se développe générant de nouvelles vulnérabilités dans le domaine de la sûreté.

Ces résultats rendent honneur aussi à l’efficacité du travail de prévention que nous avons entrepris depuis 5 ans avec tous nos partenaires dans le cadre du CLSPD car la sécurité est désormais une coproduction : éducation nationale, associations, conseils de quartiers, justice, simples citoyens...

Pour maintenir et améliorer ces bons résultats, il faut poursuivre l’effort. Après l’avoir dit au Conseiller sécurité du ministre de l’Intérieur en septembre dernier et encore récemment à M. le Préfet, je le répète publiquement : je m’inquiète de la baisse continue des effectifs du commissariat de Sens. Un jeu de vases communiquant ne serait pas un bon calcul car nous sommes arrivés aujourd’hui à un seuil incompressible. Comme maire de Sens et au nom de tous les maires de la circonscription de sécurité publique de Sens en zone Police, je demande donc très officiellement à l’Etat de maintenir les effectifs et d’être au rendez-vous de ses territoires les plus dynamiques.

----------------------------

2013 sera une année difficile pour le pays. Le chômage, au mieux, se stabilisera, en attendant le retour de la croissance. La dette de la France est passée de 59% du PIB en 2002 à 86% en 2011 et l’Etat n’a guère les moyens de ses ambitions. Pour les collectivités locales, cela signifie un régime de vaches maigres dont nous connaissons le menu : gel des dotations fiscales, transferts de compétences non compensés financièrement.

A propos de cette crise, il m’aurait été agréable de convoquer deux de mes auteurs favoris pour la qualité de leurs citations. Mais carabins comme moi, la verdeur de ces citations n’aurait peut-être pas totalement correspondu à la solennité de notre cérémonie. Je veux parler de François Rabelais et de Georges Clémenceau. Je ressortirai donc plutôt les propose de mon ami Gérard Charasse député de l’allier, pour qui la crise est une période pendant laquelle le retour à la bestialité est possible, où les lâchetés, démissions, mensonges et impostures traduisent le refus apeuré de toute hauteur.

Les caisses de l’Etat, vidée par les 5 années de gestion impécunieuse de M. Sarkozy, seront d’un piètre secours. Sous la droite, la dette de la France est passée de 59%. L’Etat n’a plus d’argent car il a vécu à crédit depuis 10 ans, un crédit que l’actuel gouvernement doit rembourser aujourd’hui. Pour les collectivités locales, cela signifie un régime de vache maigre dont nous connaissons la potion : gel des dotations fiscales, transfert de compétences non compensé financièrement.

A notre niveau, nous avons peu de moyen pour influer sur le cours global des choses mais nous pouvons néanmoins agir.


Tout d’abord, nous faisons bon usage des deniers publics et investissons pour l’avenir et pour maintenir l’activité. Cela signifie favoriser les dépenses d’investissement vis-à-vis du fonctionnement. L’optimisation des dépenses se poursuivra résolument.

Concrètement, nous continuerons notre politique de bonne gestion de l’argent public et des ressources financières de notre collectivité

 Je le rappelle, nous n’avons pas augmenté les impôts en 2009,  nous n’avons pas augmenté les impôts 2010, nous n’avons pas augmenté les impôts en 2011, nous n’avons pas augmenté les impôts en 2012 et nous ne les augmenterons pas en 2013. Notre équipe municipale est intimement convaincue que nous avons atteint un palier qui ne doit pas être dépassé sauf à contraindre les classes moyennes à quitter la ville, ce que nous ne voulons pas. Nous souhaiterions que cette analyse soit partagée par nos partenaires immédiats.

Aussi, budgétairement, nous privilégierons largement les investissements qui renforceront l’identité et l’attractivité de notre ville qui sont les clés de son développement, de son avenir. Dans un contexte de crise économique grave, seul notre dynamisme nouds préservera, gage d’emplois, gage de cohésion sociale et gage de solidarité.

La solidarité, cette valeur fondamentale, n’est en effet possible que si nous réussissons à créer des richesses, attirer des entreprises et faire de notre territoire un pôle de développement. Dans ce contexte de crise, les territoires sont immanquablement mis en concurrence, mais Sens dispose de nombreux atouts naturels et structurels qu’il nous importe de jouer au bon moment.

Son fleuve tout d’abord, qui l’a vu naitre, et auquel notre ville ne doit plus tourner le dos. C’est dans ce cadre que s’inscrit la réhabilitation des berges de l’Yonne. Programme ambitieux d’un point de vue de l’embellissement de notre cité, donc de son attractivité, mais aussi de redynamisation du bas de la Grand Rue, principale artère commerciale de la ville.

Le marché couvert ensuite, le cœur battant de notre ville. Il y avait urgence, tout comme il y avait urgence à refaire le Pont Neuf ou la piscine tournesol. Là aussi, le risque aurait été grand d’une fermeture faute des bonnes décisions au bon moment.

Régulièrement, déjà,  des fuites d’eau inondent les salles voltaires et Gambetta, les sanitaires sont dans un état indigne et la cuisine, oui, il y en a une, n’est plus utilisable depuis des années. Plutôt que de mettre des cautères sur une jambe de bois, nous avons décidé de le réhabiliter entièrement cette année, bénéficiant d’une aide de l’Etat qui en réduira la facture pour nos contribuables locaux. Les commerçants, qui bénéficieront in fine de ces travaux, ont été consultés et associés. Nous mettrons à disposition un marché temporaire boulevard Garibaldi.

Je pense enfin au pôle d’échange multimodal, en d’autres termes le nouveau quartier de la gare que nous initions. Une bonne partie de notre avenir et celui de la ville se joue dans ce quartier, autour de la ligne ferroviaire.  Il nous importe d’anticiper l’avenir afin d’en faire plus qu’une simple liaison pendulaire vers Paris mais un espace de développement économique, commercial et d’habitat de qualité. Une présentation du projet de redynamisation du secteur urbain rive gauche vous sera prochainement présenté.

Sens est aujourd’hui une ville dynamique remarquée pour ses nombreux chantiers.

Preuve de son développement et de son dynamisme, douze nouvelles rues, un rond-point et un parking souterrain ont encore été dénommés lors du dernier conseil municipal en décembre 2012.

A ce titre, nous nous félicitons aussi de la création et de l’ouverture de deux nouvelles zones d’activités industrielles et commerciales que nous avons suscitées ou accompagnées, qui  seront le garant d’un développement de l’emploi sur notre territoire.

L’Eco Parc tout d’abord, avec sa maison de l’emploi et de la Jeunesse en périphérie de Pôle Emploi, tous deux au cœur de la Zone Urbaine Sensible et de notre Zone franche Urbaine. Initiative locale saluée par le ministère du travail. Nous en reparlerons ultérieurement.

Effet de levier de financements publics pour des investisseurs privés : c’est un succès. D’autres que nous seront en mesure de faire des annonces au mois de mars de cette année. Développer l’emploi, c’est d’abord le préserver mais incontestablement,  créations d’emplois et d’entreprises sont au rendez-vous de notre territoire, et ce n’est pas le Président Guiguet du tribunal de commerce récemment réélu et que je félicite, qui me contredira, ayant tenu ces mêmes propos lors de la séance d’installation, hier.

L’arrivée de cadres supérieurs étrangers en grand nombre posera cette année la question  de la création d’une école internationale à Sens. Nous avons, ensemble, enclenché une dynamique vertueuse qui se poursuivra.

La zone Auchan est devenue réalité. Certes, ce projet n’a pas toujours fait l’unanimité, il ne le fera jamais, mais, à tout prendre, je préfère des emplois, des cinémas et de grandes enseignes à Sens plutôt qu’à Montereau, Melun ou Troyes. C’est le sens du chantier de la zone commerciale champbertrand qui débutera cette année.

2013 sera aussi l’année de la signature de la convention entre Orange et la ville de sens qui offrira un réseau de fibre optique neutre et ouvert, c’est-à-dire financièrement accessible aux particuliers, professionnels, institutions et entreprises à partir de 2015.

2013 sera celle de l’initiative privée qui offrira des équipements de loisirs pour que jeunesse se fasse.

2013 sera celle d’une offre universitaire nouvelle pour que jeunesse s’épanouissent.

Nous en reparlerons.

2013 sera celle de la mise en oeuvre du Plan Local de l’Habitat ou PLH que j’ai porté au nom de l’intercommunalité. Cela préfigure le schéma de cohésion territoriale ou SCOT du sénonais qui organisera notre territoire de Chéroy à Joigny en passant par Saint Romain le Preux ou Boeurs en Othe. Cette échelle pertinente de l’arrondissement de Sens augmenté du canton de Joigny tel que notre conseil municipal l’a proposé avec la plus grande des pertinences.

Pour conclure et au-delà du nécessaire dynamisme, nous n’oublierons pas la qualité de vie et la culture du vivre ensemble. Dans les quartiers est, les travaux de réhabilitation et de modernisation de l’habitat se poursuivront. La tour du 12-14 av. de l’Europe ainsi que les bâtiments du « quartier jaune », dont tous les habitants ont été relogés, seront démolis à partir de ce mois-ci. Cela ouvre une perspective d’urbanisme nouveau pour une amélioration de la sécurité des lieux.

Dans le centre, l’amande passera en zone 30 ce printemps, il en sera de même sur l’île d’Yonne et le secteur de la gare. De nombreux aménagements seront réalisés afin d’améliorer le partage de l’espace public. Plébiscité par les riverains, la zone 30 permet une circulation apaisée, un partage de l’espace avec les cyclistes, une réduction du bruit et une baisse du taux d’accident.

Enfin, j’achèverai mon propos par l’évocation de l’inauguration du plus gros projet de notre mandature, en terme financier du moins, le complexe multisports rue René Binet. Après presque 4 ans de travaux et plus de 10 millions d’euros d’investissement, Sens et ses associations disposeront d’un cadre d’une qualité exceptionnelle pour la pratique  des sports. Le plus dure reste néanmoins à faire, lui trouver un nom, chose sur laquelle je vous invite tous à vous prononcer par le biais de notre site internet ou du Facebook de la ville.

Brennus stadium ? Cosmos ? Palais des sports ? A quand le premier concert dans ce lieu aussi ?


Pour conclure, nous avons le souhait depuis 2008 de rendre notre ville plus attractive, plus accueillante, plus citoyenne et plus juste : une ville pour tous.  2013 sera une année décisive car elle témoignera par ses réalisations concrètes de l’engagement de notre équipe municipale à faire évoluer notre cité. C’est l’année qui verra la concrétisation d’une politique qui s’est construite avec les Sénonais depuis 4 ans, avec vous, pour vous.

 
A toutes et à tous, je vous souhaite une excellente année. Quelle vous permette de réaliser tous vos projets, à vous aussi!