Follow by Email

samedi 30 avril 2011

RENCONTRE AVEC RESEAU FERRE DE FRANCE



Une délégation de représentants de la Fédération des Maires des Villes Moyennes* a rencontré mardi 12 avril dernier, Hervé de Tréglodé, directeur général adjoint de Réseau Ferré de France et Sébastien Roulot, directeur en charge de l’action foncière et immobilière de RFF.
Après la conférence de presse du 9 février 2011 (voir Ondes Moyennes n° 543), il s’agissait avec le gestionnaire de l’infrastructure :
- d’entrevoir quelles sont les orientations stratégiques de RFF ;
- d’obtenir des précisions sur la mise en place progressive du cadencement en 2012 ;
- d’examiner les suites à donner à la demande de la Fédération des Maires des Villes Moyennes d’élaboration d’une stratégie foncière portant sur les emprises ferroviaires.
En ouverture de cette rencontre, Bruno Bourg-Broc a souligné l’importance que RFF et la SNCF s’associent concrètement aux projets de reconversion des gares des villes moyennes qui touchent le bâtiment voyageurs et ses abords, la maîtrise des opérations urbaines relevant logiquement de l’échelon local.
Après « l’épisode » de l’appartenance domaniale des emprises ferroviaires relevant de la SNCF ou de RFF (par exemple les quais longitudinaux ou transversaux) - qui amène aujourd’hui la FMVM à réclamer un interlocuteur unique auprès des pouvoirs publics - les maires des villes moyennes présents ont précisé qu’ils étaient encore trop souvent maintenus dans l’expectative s’agissant du caractère mutable ou non, c’est-à-dire « cédable », des emprises.
En lien avec l’actualité, le directeur général adjoint de RFF, Hervé de Tréglodé, est d’abord intervenu sur la question du rapprochement du gestionnaire de l’infrastructure (RFF) avec l’opérateur historique (SNCF). Pour celui-ci, cette question refait surface compte tenu de l’imbrication de RFF dans certaines activités de la SNCF, il en va ainsi des 14 000 agents de la Direction de la circulation ferroviaire pris en charge par RFF. Cette question se pose aussi compte tenu de la rapidité de l’évolution de l’activité Fret (15 nouvelles entreprises se partagent actuellement 20 % du marché et cette part est en croissance régulière) et de l’ouverture bientôt effective des transports internationaux de voyageurs. Cette question se pose enfin avec la création de l’Agence de régulation des activités ferroviaires (Araf), dont le rôle de régulateur est de plus en plus important.
Sur le sujet de l’attribution des sillons et son corollaire, la mise en place progressive du cadencement, Hervé de Tréglodé, a fait effort de pédagogie pour illustrer la complexité de cet exercice dans une période où RFF investit annuellement 3,5 milliards d’euros, sur des tronçons et des missions qui ne sont pas toujours forcément homogènes.
Après l’arbitrage rendu au mois de mars par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, Réseau Ferré de France et l’ensemble des opérateurs de transports sur le réseau ferroviaire vont entrer progressivement dans un système cadencé, avec une affectation probable de certaines missions du fait des travaux. Pour Hervé de Tréglodé, le raccordement des LGV Rhin-Rhône conduit irrémédiablement à réviser l’ensemble des sillons et leur ordre dès 2012. Ce changement horaire devrait porter dans un premier temps sur 80 % des trains avec des décalages compris entre 5 et 8 minutes. Dans la pratique, cette refonte globale du cadencement inquiète les usagers, mais au regard des exemples suisse et allemand, il insiste sur le fait que le cadencement est indispensable pour améliorer l’intermodalité, au bénéfice des voyageurs.
S’agissant des questions de domanialité, Hervé de Tréglodé et Sébastien Roulot ont souligné leur volonté de travailler étroitement avec les collectivités territoriales, et ont reconnu que le projet d’aménagement de la gare relève naturellement des décideurs urbains. Aujourd’hui, il existe un plan de partage de propriété, et compte tenu du caractère relativement irrévocable de la décision de mutabilité, RFF peut dans certains cas avoir une approche prudentielle. Au niveau du "phasage", il a été précisé aux élus qu’il fallait en général une période de deux ans pour prendre une décision de cession, notamment à la lumière du schéma directeur du patrimoine ferroviaire.
Sébastien Roulot a précisé aux maires présents que les directions régionales de RFF étaient tenues – en vertu du contrat d’objectif signé par RFF – de répondre à des objectifs de cession mais aussi à des objectifs de contribution à la construction du logement, et que de plus en plus ces directions déconcentrées avaient un rôle important à jouer selon l’étendue du projet.
En conclusion de cette rencontre, les représentants de RFF et de la FMVM ont acté de travailler à l’élaboration d’un protocole destiné à présenter la méthodologie à utiliser pour un projet de reconversion. Une fois ce protocole partenarial établi, celui-ci pourrait faire l’objet d’une présentation élargie aux adhérents, à l’occasion d’une rencontre où seront présentés des exemples de reconversion réussie.


* Bruno Bourg-Broc, député-maire de Châlons-en-Champagne, président de la FMVM - Serge Gloaguen, maire de Dignes-les-Bains - Christian Grimbert, président de la Communauté de l’agglomération creilloise - Daniel Paris, maire de Sens


http://www.villesmoyennes.asso.fr/newsletter/index2.php?rub=1212&id_article=1289

jeudi 14 avril 2011

MARTELLY ANNONCE UNE "ERE NOUVELLE" EN HAITI

A la maison, nous sommes tous fans depuis bien des années du chanteur Michel Martelly.
« Yon ti moral », un chef-d'oeuvre du Compas d'Haïti.
Ce dernier vient d'être élu président de la république en Haïti avec 67.57 % des suffrages exprimés. Il sera officiellement déclaré vainqueur demain, au premier jour des vacances scolaires de printemps pour l'académie de Bourgogne.
Nos diplomates ont rendu hommage à « la patience et la maturité du peuple haïtien qui a clairement manifesté son attachement au processus électoral ».
Le successeur de René Préval aborde toute les nécessités de reconstruction et de sécurité d'un pays dévasté par un séisme meurtrier. Beaucoup de déplacés restent à reloger.
Il devra faire tout cela sans majorité parlementaire et dans un contexte explosif si l'on considère l'importance de l'économie criminelle et le retour d'exil des anciens présidents Jean-Bertrand Aristide et Jean-Claude Duvalier.
Pas d'expérience politique et pas de parti en soutien, mais avec pour seul viatique, l'une des plus belles chansons françaises, « Yon ti moral ».
Un blues radical au rythme du Compas de l'île, où tout est dit. Le plus dur sera de faire.
Écoutez ce morceau :  http://www.afromontreal.com/general/play.asp?id=277

Reprise du blog à la rentrée scolaire!

lundi 11 avril 2011

POUR L'APRES SARKOZY, QUE LA FRANCE SE RESSAISISSE !

Alors que le débat sur l'islam porté par l'UMP a fait un flop retentissant, le parti Radical de gauche ( PRG ) organise le 16 avril 2011 à la maison de la chimie à Paris, "les rencontres de l'identité républicaine".

Quoi de plus naturel que le plus ancien des partis politiques de France, qui a assuré le régime républicain dans notre pays, se pose cette question : qu'est-ce que l'identité républicaine ?

Après Sarkozy, la France doit se ressaisir. Et cela commence aujourd'hui.

Au sens habituel, se ressaisir signifie que l'on retrouve son calme et son sang-froid. Il nous semble à nous autres radicaux, que la France, et surtout ceux qui parlent en son nom, trouverait bénéfice aujourd'hui à revenir à un discours moins exalté et à des actions moins agressives tant dans le souci d'assurer la cohésion sociale intérieure que dans la pratique quotidienne de nos relations extérieures. La France est en termes métaphoriques un fleuve large, profond, puissant et qui vient de très loin., Ce n'est pas un ruisseau épisodique agité par des sautes d'humeur comme le serait un torrent et tari l'instant d'après par le moindre caprice du temps. Du calme donc, tel sera le premier message des radicaux.

Mais se ressaisir, c'est aussi se rassembler, mobiliser tous ses moyens et ses atouts. La première responsabilité des dirigeants français doit être la mise en oeuvre de toutes les politiques de solidarités qui rassembleront la Nation plutôt que d'inciter par des discours extrémistes et par des actes discriminatoires au renforcement de divisions déjà trop visibles. Se rassembler signifie encore que l'on fait appel à toutes les valeurs qui ont contribué à l'édification de la République pour donner à celle-ci son visage le plus ouvert, le plus tolérant et son image la plus rayonnante. Empruntons à Jean-Noël Jeanneney sa belle formule, « l'avenir vient de loin », pour signifier que nous croyons aux forces de la mémoire si elle nous aide à prospecter le futur et à peser pour le rendre meilleur dans le mouvement sans fin du progrès et de la justice.

Travaillons…

mercredi 6 avril 2011

SQUARE DES SEQUOIAS

http://www.lyonne.fr/editions_locales/sens/un_sequoia_remarquable@CARGNjFdJSsBEBoECxQ-.html

Une pause nature qui nous rapproche de notre indianité! Le séquia évoque l'Ouest américain et sa nature extraordinnaire. Le séquoia évoque aussi nos cousins "coureurs de bois" qui vivaient en communion avec cette nature. L'histoire commence pour les sénonais avec Jean de Biencourt seigneur de Poutrincourt dont l'hôtel particulier demeure rue de l'epée à Sens. Qui obtint le monopôle de la traite des fourrures en Acadie dès 1604 avec nos alliés de l'époque, ces mêmes indiens Mic-Mac qui ont ensuite construit les grattes-ciel de New-Yorck.
Un français devenait "coureur de bois" par agrément du roi. Etienne Brûlé qui fut l'un des plus célèbres d'entre-eux donnat son nom à une tribu sioux lakota, les fâmeux "sioux Brûlé".
Notre square symbolise simplement cette somptueuse nature américaine et le poids de notre histoire reléguée de l'amérique française à laquelle les sénonais furent associés en plusieurs circonstances.
Peut-être une exposition à venir sur ce thème des relations entre les indiens des plaines et les "coureurs de bois" ?

Pour le plaisir des yeux, voici le site commercial d'un descendant de ces fameux pionniers français qui ont ouvert l'amérique aux européens. Il reste le fournisseur principal des indiens des plaines des USA ou du Canada...
http://www.artindien.com/

dimanche 3 avril 2011

WEEK-END

Quelques exemples de l'occupation d'un maire du Vendredi au Dimanche.
Réunions habituelles avec l'équipe de direction des services, avec l'équipe du cabinet autour des questions générales de la collectivité et spécifiques au maire comme la sécurité ou la démocratie locale, qui s'articulent avec une présence de terrain, base de tout travail d'élu de proximité.
Rencontre du cabinet CDHU qui a été retenu pour la phase d'étude pré-opérationnelle de notre Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat ( OPAH ) afin de résorber l'habitat urbain indigne et la précarité énergétique des sénonais.
Déjeuner avec le Consul Général du Portugal en France, Luis Ferraz, avec lequel nous officialiserons en soirée la création de permanences consulaires au sein de l'Hôtel de Ville. Avec prochainement la possibilité d'y réaliser leur passeport biométrique pour l'ensemble des ressortissants portugais du département de l'Yonne.
Partage et analyse des données statistiques de Sens et du sénonais avec le Directeur Régional de l'INSEE, Monsieur Mallot.
Dernières retouches sur les propositions qui seront faites aux membres du comité de pilotage du PLH ou Plan Local de l'Habitat pour toutes les communes sénonaises. Une fois de plus, cela me permet d'apprécier le professionnalisme de mes collaborateurs directs à l'intercommunalité. Il s'agît du document clé pour l'avenir du développement harmonieux et accompagné pour notre territoire. Il prépare aussi notre futur schéma de cohérence territoriale ou SCOT.
Inauguration de l'école GASTON SIMONATO à Courtois ou l'émotion était palpable
Visite de sites urbains pour l'implantation future de l'ensemble des projets immobiliers sénonais du Centre Hospitalier Spécialisé de L'Yonne avec son Directeur, Monsieur Buzens. Cela aura un impact sur l'urbanisme de l'ensemble de notre ville.
Repas à l'amicale franco-portugaise aux Chaillots.
Rencontre d'un investisseur potentiel puis des représentants d'une association de développement économique.
Rendez-vous à la station d'épuration de St Denis-lès-Sens pour une conférence de presse des élus de l'intercommunalité, en clôture de la semaine du développement durable: pour rien puisque la conférence semble s'être muée en rendez-vous particulier.
Inauguration du restaurant "Chez Joëlle", 3 place du 19 mars 1962 à St Martin-du-Tertre. Je vous conseille les spécialités antillaises.
Promenade collective en ville, sur un vieux vélo que m'on a aimablement prêté en préambule de l'inauguration de la Journée des Mobilités Actives. Comprenez à piéd ou vélo par opposition aux mobilités passives ( bien assis dans une auto ). Pour la promotion des transports en commun, ce sera autre chose.
Nuit de l'eau au Centre Nautique P-Toinot : beaucoup de chaleur et de spontanéïté pour les nombreux jeunes et leurs parents avec des activités variées ( baptêmes de plongée, de kayak, performances nautiques... ) au service de l'UNICEF. Un franc succès.
L'exposition "Sans dessus, dessous" organisée par l'Association Culturelle de Michery est un vrai bonheur! Participative puisque chacun a pu apporter la culotte fendue dite "pisse-drû" de sa grand-mère aux constructions complexes des élégantes parisiennes de la belle époque. Et les bons mots très "brodés" du président ou du conseiller général Dominique Bourreau, sous l'oeil complice et toujours amical du maire Françis Garnier. Oui, une exposition riche et savoureuse qui nous ferait honneur si elle pouvait se délocaliser à Sens.
Labellisation "Arbre Remarquable" pour notre séquoia de la bibliothèque par l'association A.R.B.R.E.S en présence de son président et écrivain Georges Feterman. Diplôme remis ( il ira dans mon bureau ) devant une large assistance dont beaucoup d'adhérents qui n'on pas rechigné à parcourir des centaines de kilomètres. L'arbre qui tranquillement croît comme expression métaphorique de la sérénité...
Inauguration de l'incontournable Salon gourmand du chocolat organisé par le Lion's Club et comme toujours un succès d'organisation avec cette année un concours d'apprentis, très bien ressenti par les élus du conseil municipal des jeunes qui n'ont pu s'empêcher... de prononcer un discours éloquent.
Concert du coeur ukrainien de St Vladimir le Grand en Nôtre-Dame de Villeneuve-l'Archevêque.. en présence de l'Archevêque. Nous avons été l'un et l'autre séduits par la qualité des chants liturgiques auditionnés.
Clôture du 24ème festival du court-métrage de Sens, le CLAP 89, un bon crû avant l'édition anniversaire de l'an prochain.
Pff!!
Et maintenant, un bon cigare double corona de Cuba, c'est mérité.

LE DIPLÔME D'ACCES AUX ETUDES SUPERIEURES OU DAEU, EN SEPTEMBRE A SENS

Le second Carrefour de l'Emploi et de la Formation co-organisé par la ville de Sens a été un succès avec près de 2000 visiteurs au contact d'une quarantaine d'entreprises ayant la nécessité de recruter. Avec l'engagement de tous les partenaires qui oeuvrent à l'employabilité de ceux qui paraissent les plus éloignés de l'emploi.
L'Ecoparc porté par la municipalité  au service des entreprises accueillera également autour de Pôle Emploi, dans un contexte convivial propice aux échanges, l'ensemble des acteurs constitutifs d'une "Maison de l'emploi".
Les formations supérieures dans les services, en alternance et apprentissage sont aussi une priorité pour le sénonais et sa ville centre. Avec une mise en oeuvre qu'il est raisonnablement possible de situer en 2012.
Dans cette attente, création dès septembre de cette année d'un diplôme d'accès aux études supérieures ( DAEU ), sorte d'école de la seconde chance.
Bref, une ville qui bouge et vibre à l'unisson de tout son territoire!