Follow by Email

dimanche 6 novembre 2011

L'HOPITAL DE SENS DEVIENT DEFICITAIRE ET VA REDUIRE LA VOILURE DE SES PROJETS

Il fût un temps ou président du Conseil d'Administration de l'Hôpital de Sens, les projets d'établissement et les finances de la structure florissaient ! Il est clair que le remplacement d'un Conseil d'Administration hospitalier présidé par un maire apte à peser sur les décisions ou s'opposer par un appendice consultatif nommé Conseil de Surveillance, sans poids politique, n'a pu qu'accompagner cette dégradation financière et des projets.
La  dégradation financière de l'hôpital de Sens que j'avais alors prévue tout comme le renoncement à créer  un centre sénonais de cancerologie avec radiothérapie, sont aujourd'hui réalité.
Au mois d'octobre 2010, les prévisions budgétaires de la direction de l'hôpital de Sens étaient encore favorables, anticipant un résultat excédentaire de plus de 1.5 millions d'euros, ce qui s'est effectivement produit.
En octobre 2011, les anticipations budgétaires du conseil de surveillance pronostiquent un déficit qui pourrait s'établir à 1 million d'euros.
Cette situation est extrêmement préoccupante et pourrait compromettre non seulement les prévisions d'investissements annoncés mais plus directement le bon fonctionnement de l'établissement, selon la direction.
Certes, des mesures techniques et de gestion vont être prises par cette direction du Centre Hospitalier de Sens à laquelle j'accorde toute ma confiance.

Médecin, maire de Sens et citoyen, je considère néanmoins cette situation comme politiquement et moralement inacceptable.

lundi 24 octobre 2011

LE REVE FRANCAIS

Il m'a toujours semblé que la France pouvait être considérée à la manière de la Californie au sein des États-Unis d'Amérique. La mythique côte Ouest de l'Europe pour l'une et des États-Unis pour l'autre. Mais le rêve européen s'est perdu dans l'onirisme de l'économie pure et sa cauchemardesque absence de régulation politique.
Le « rêve français » , ce concept porté par François Hollande mais aussi Martine Aubry, Arnaud Montebourg et les autres, veut symboliser pour nous autres français, une nouvelle confiance en nous-mêmes pour affronter l'histoire du monde. Dans un cadre national républicain redevenu bienveillant pour tout un chacun et une réelle ambition pour notre jeunesse. Et tendre toujours vers ces objectifs encore si lointains de liberté, d'égalité, de fraternité… Et de solidarité.
Incontestablement, François Hollande prend de l'épaisseur au fur et à mesure qu'il avance dans cette campagne qui sera brève au regard des années de régression droitière de notre république.
Nul doute que si les Français le décidaient ainsi, le succès électoral de François Hollande serait moindre que les 62 % des suffrages évoqués aujourd'hui. Il va donc nous falloir conjuguer l'inévitable décrue sondagière et amplifier l'incontestable dynamique créée derrière le candidat socialiste et radical.
Pour qu'il y ait alternative à Nicolas Sarkozy.
J'ai eu l'honneur d'assister à l'investiture d'un homme, François Hollande, pour lequel tant d'adversaires fourbissent déjà leurs armes quand il ne s'agira pas de dague ou de fiole de poison. J'aurai l'honneur, dans l'Yonne ou à Paris, de l'aider à parer les coups, pour que le rêve devienne français

mercredi 19 octobre 2011

MISE SOUS TUTELLE


L'article d'Olivier Richard, plus que son titre, retranscrit bien la teneur des échanges et la mise sous tutelle politique de Gilles Pirman ( président de la communauté de communes du sénonais ) par une assez large majorité des élus lors de l'assemblée communautaire du 18 octobre 2011. Raison invoquée, l'opacité des décisions qui nous engagent!
Le trou financier de la CCS devrait se traduire par une augmentation massive des impôts de l'intercommunalité. Cela ne relève donc pas du simple folklore clochemerlien.
La gestion opaque de Marie-Louise FORT et de Gilles PIRMAN est aujourd'hui mise en cause.
Lisez cet article et profitez de cette fable dont le titre pourrait-être:  "Gauche utile et Droite futile".



Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, et de tous les côtés au soleil exposé, six forts chevaux tiraient un coche.
Femmes, moine, vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une mouche, Gilles, survient, et des chevaux s'approche ; prétend les animer par son bourdonnement ; pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment qu'elle fait aller la machine, s'assied sur le timon, sur le nez du cocher, Daniel ;
aussitôt que le char chemine, et qu'elle voit les gens marcher, elle s'en attribue uniquement la gloire ; Va, vient, fait l'empressée, Il semble que ce soit un sergent de bataille allant en chaque endroit faire avancer ses gens et hâter la victoire.
La mouche, Gilles, en ce commun besoin, se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ; qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.
Le moine disait son bréviaire : il prenait bien son temps ! Une femme, Marie-Louise, chantait : c'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles, et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le coche arrive en haut. « Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt : j'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine. ça, Messieurs les chevaux, payez-moi de ma peine ».

Ainsi certaines gens, faisant les empressés, s'introduisent dans les affaires : ils font partout les nécessaires, et, partout importuns, devraient être chassés.

samedi 15 octobre 2011

LES ASSURANCES N'ASSURENT PAS

Le monde marche décidément a l'envers!
les banques ne jouent plus leur rôle au service de l'économie!
l'importation de berlines allemandes a un cout inférieur de 2000 euros par rapport au tarif argus français autorise une arnaque a l'assurance organisée. comptez 50 euros pour le gamin incendiaire plus le cout d'essence et diverses formalités, ce qui autorise un bénéfice prévisible de 1500 euros pour l'escroc.
Une voiture incendiée au milieu des autres sur un parking pour faire bonne figure et c'est deux a quatre véhicules qui partent en fumée.

Le hic, c'est que cette combine ne marchera pas dans votre village ou un quartier résidentiel du fait de l'enquête diligentée par m'assurant qui aura tôt fait de lever le lièvre et ira au pénal.

Le très gros hic est que ce même assureur, calculs de rentabilité obligent, ne diligentera pas d'enquête en Zones Urbaines Sensibles, y générant un véritable appel d'air pour cette source d'économie parallèle qui vient naturellement s'y concentrer.

Ainsi, selon que vous résidiez dans un quartier sensible ou non, vous serez expose a ce risque collatéral de l'escroquerie (admise) a l'assurance!
deux poids, deux mesures très inégalitaires pour nos concitoyens!

Dans une prochaine mandature ou la gauche sera majoritaire, il faudra prendre cette injustice criante a bras le corps.

mercredi 7 septembre 2011

SENATORIALE 2011, LA MERE DES ELECTIONS DE 20012

J'ai toujours considéré l'élection sénatoriale de septembre 2011 comme la mère des élections de 20012.
La gauche est-elle capable de se rassembler en septembre 2001 puis mai 2012 et enfin juin 2012 ?
Ou passera-t-elle à nouveau son tour au nom des stratègies personnelles ou corporatives, sèchement partisannes ?

Bonne synthèse bien qu'incomplète du fait du format.
http://www.aujourdhui-en-france.fr/politique/le-senat-va-t-il-passer-a-gauche-06-09-2011-1594374.php

samedi 27 août 2011

STADE DE LA FEDERATION FRANCAISE DE RUGBY DANS LA CITE DE BRENNUS

Vous trouverez ci-dessous le lien de l'excellent article de Pascale de SOUZA paru ce jour dans l'Yonne Républicaine. Le plus étonnant est le micro-trottoir ( non mis en ligne ) qui montre dore et déja l'adhésion des icaunais à ce projet.
http://www.lyonne.fr/editions_locales/sens/la_ville_defend_son_projet_de_stade@CARGNjFdJSsBHxMAAR4-.html

Je remercie Benoît Apparu, Dominique Bourreau, Guy Férez, Dominique Lapôtre, François Patriat, Gilles Pirman, Henri de Raincourt, Michel Rébequet et François Rebsamen pour leur soutien à ce projet d'avenir pour ce territoire.
Prochain RDV le 16 septembre à Marcoussis au siège de la FFR

mardi 17 mai 2011

MENACE SUR LES REGIES D'EAU POTABLE DANS L'YONNE

Aujourd’hui, la Ville de Sens gère son eau potable en régie avec ses propres agents et ses propres moyens financiers. A Sens, le prix de l’eau est très inférieur à celui de la moyenne nationale malgré l’importance des investissements de modernisation réalisés.

Demain, à côté de la réforme de l’intercommunalité, on voudrait nous imposer de rentrer dans un syndicat intercommunal qui passerait de 46 à 63 communes, dont 41 % de la population serait de Sens et 55 % issue des communes de notre EPCI jusqu’ici également en régie. Ce syndicat a affermé l’eau à un groupe privé depuis plusieurs années et paie l’eau 40 % plus cher qu’à Sens.

Quelles sont les conséquences directes ?
-faute de représentation démographique et démocratique, Sens-agglomération ultra-majoritaire en financements et population ne pourra plus décider pour son eau potable. Avec 41 % de la population du syndicat, la ville obtiendrait 1,58 % des voix en assemblée générale.
-Sens devra abandonner sa régie (quid des personnels) ?
-Sens devra s’aligner sur un prix moyen de l’eau forcément beaucoup plus élevé.

Sous couvert de mutualisation des moyens, on livre au secteur privé des territoires trop vastes et hétéroclites ingérables par des élus dépourvus au passage de tout pouvoir.

Face à ce déni de démocratie en contradiction avec la représentativité républicaine, je n’écarte aucun recours juridique qui m’apparaîtrait opportun.

Parce que je ne céderai rien face à une telle aberration, j’irai jusqu’au bout du combat en créant un collectif de défense des régies d’eau potable dans lequel des élus sont d’ores et déjà prêts à s’inscrire.




lundi 16 mai 2011

AU DELA DU CHOC DES INFORMATIONS NEW-YORKAISES

Au-delà du choc des informations new-yorkaises à propos de DSK, quelles seront ou pourront être les conséquences ? Quelles conduites préconiser ?
Quelques certitudes, avec des chefs de parti qui doivent assurer l'unité au sein de leur formation, dans une période qui sera nécessairement propice aux turbulences. Cela vaut particulièrement pour Martine Aubry qui aura certainement à gérer un « combat des chefs » plus débridé qu'initialement prévu.
Mais cela vaudra également pour Jean-Luc Mélenchon au parti de gauche, Pierre Laurent au parti communiste, Cécile Duflot chez les écologistes, Jean-Pierre Chevènement chez les citoyens. Cela est déjà le cas pour Jean-Michel Baylet à la tête du parti radical de gauche.
Un conseil, le maintien d'une primaire partisanne ne pourra pas valoriser l'unité du parti socialiste. Il est possible même d'en redouter l'effet destructeur après l'affaire DSK. Il semble logique de proposer enfin une primaire de la gauche, de toute la gauche qui pourrait s'incarner dans une candidature de gouvernement. Étant entendu que le PC et le PG convoleront en justes noces au premier tour de l'élection présidentielle.
Une conviction, que les partis ne s'adressent plus à eux-mêmes mais se concentrent sur un dialogue et l'écoute avec l'ensemble des Français. Cela prévaudra pour l'ensemble des responsables politiques mais ce conseil est particulièrement appuyé envers nos collègues socialistes, car leur parti a un rôle pivot évident.
Alors, si les faits reprochés DSK devaient contenir ne serait-ce qu'une part de vérité, l'ensemble des formations politiques de gauche pourraient encore être en mesure de ne pas désespérer ceux qui aimeraient les porter aux affaires en 2012.

mercredi 11 mai 2011

DECLARATIONS DE WAUQUIEZ : L’UMP EST " COUPEE DES REALITES "

Les propositions fantaisistes de Laurent Wauquiez sur le plafonnement des minimas sociaux et sur les contreparties à apporter au RSA montrent une nouvelle fois à quel point l’UMP est coupée des réalités que vivent nos concitoyens et dans l’improvisation permanente.
On attendrait du gouvernement qu’il avance des propositions pour aider les allocataires des minimas sociaux à revenir vers l’emploi ou pour favoriser l’autonomie des jeunes par exemple. Au lieu de cela il lance une nouvelle fois une polémique stérile.
Après les étrangers, après les musulmans, ce sont les "pauvres" qui sont donnés en pâture à la vindicte populaire pour masquer les échecs sociaux et économiques de Sarkozy.

samedi 30 avril 2011

RENCONTRE AVEC RESEAU FERRE DE FRANCE



Une délégation de représentants de la Fédération des Maires des Villes Moyennes* a rencontré mardi 12 avril dernier, Hervé de Tréglodé, directeur général adjoint de Réseau Ferré de France et Sébastien Roulot, directeur en charge de l’action foncière et immobilière de RFF.
Après la conférence de presse du 9 février 2011 (voir Ondes Moyennes n° 543), il s’agissait avec le gestionnaire de l’infrastructure :
- d’entrevoir quelles sont les orientations stratégiques de RFF ;
- d’obtenir des précisions sur la mise en place progressive du cadencement en 2012 ;
- d’examiner les suites à donner à la demande de la Fédération des Maires des Villes Moyennes d’élaboration d’une stratégie foncière portant sur les emprises ferroviaires.
En ouverture de cette rencontre, Bruno Bourg-Broc a souligné l’importance que RFF et la SNCF s’associent concrètement aux projets de reconversion des gares des villes moyennes qui touchent le bâtiment voyageurs et ses abords, la maîtrise des opérations urbaines relevant logiquement de l’échelon local.
Après « l’épisode » de l’appartenance domaniale des emprises ferroviaires relevant de la SNCF ou de RFF (par exemple les quais longitudinaux ou transversaux) - qui amène aujourd’hui la FMVM à réclamer un interlocuteur unique auprès des pouvoirs publics - les maires des villes moyennes présents ont précisé qu’ils étaient encore trop souvent maintenus dans l’expectative s’agissant du caractère mutable ou non, c’est-à-dire « cédable », des emprises.
En lien avec l’actualité, le directeur général adjoint de RFF, Hervé de Tréglodé, est d’abord intervenu sur la question du rapprochement du gestionnaire de l’infrastructure (RFF) avec l’opérateur historique (SNCF). Pour celui-ci, cette question refait surface compte tenu de l’imbrication de RFF dans certaines activités de la SNCF, il en va ainsi des 14 000 agents de la Direction de la circulation ferroviaire pris en charge par RFF. Cette question se pose aussi compte tenu de la rapidité de l’évolution de l’activité Fret (15 nouvelles entreprises se partagent actuellement 20 % du marché et cette part est en croissance régulière) et de l’ouverture bientôt effective des transports internationaux de voyageurs. Cette question se pose enfin avec la création de l’Agence de régulation des activités ferroviaires (Araf), dont le rôle de régulateur est de plus en plus important.
Sur le sujet de l’attribution des sillons et son corollaire, la mise en place progressive du cadencement, Hervé de Tréglodé, a fait effort de pédagogie pour illustrer la complexité de cet exercice dans une période où RFF investit annuellement 3,5 milliards d’euros, sur des tronçons et des missions qui ne sont pas toujours forcément homogènes.
Après l’arbitrage rendu au mois de mars par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, Réseau Ferré de France et l’ensemble des opérateurs de transports sur le réseau ferroviaire vont entrer progressivement dans un système cadencé, avec une affectation probable de certaines missions du fait des travaux. Pour Hervé de Tréglodé, le raccordement des LGV Rhin-Rhône conduit irrémédiablement à réviser l’ensemble des sillons et leur ordre dès 2012. Ce changement horaire devrait porter dans un premier temps sur 80 % des trains avec des décalages compris entre 5 et 8 minutes. Dans la pratique, cette refonte globale du cadencement inquiète les usagers, mais au regard des exemples suisse et allemand, il insiste sur le fait que le cadencement est indispensable pour améliorer l’intermodalité, au bénéfice des voyageurs.
S’agissant des questions de domanialité, Hervé de Tréglodé et Sébastien Roulot ont souligné leur volonté de travailler étroitement avec les collectivités territoriales, et ont reconnu que le projet d’aménagement de la gare relève naturellement des décideurs urbains. Aujourd’hui, il existe un plan de partage de propriété, et compte tenu du caractère relativement irrévocable de la décision de mutabilité, RFF peut dans certains cas avoir une approche prudentielle. Au niveau du "phasage", il a été précisé aux élus qu’il fallait en général une période de deux ans pour prendre une décision de cession, notamment à la lumière du schéma directeur du patrimoine ferroviaire.
Sébastien Roulot a précisé aux maires présents que les directions régionales de RFF étaient tenues – en vertu du contrat d’objectif signé par RFF – de répondre à des objectifs de cession mais aussi à des objectifs de contribution à la construction du logement, et que de plus en plus ces directions déconcentrées avaient un rôle important à jouer selon l’étendue du projet.
En conclusion de cette rencontre, les représentants de RFF et de la FMVM ont acté de travailler à l’élaboration d’un protocole destiné à présenter la méthodologie à utiliser pour un projet de reconversion. Une fois ce protocole partenarial établi, celui-ci pourrait faire l’objet d’une présentation élargie aux adhérents, à l’occasion d’une rencontre où seront présentés des exemples de reconversion réussie.


* Bruno Bourg-Broc, député-maire de Châlons-en-Champagne, président de la FMVM - Serge Gloaguen, maire de Dignes-les-Bains - Christian Grimbert, président de la Communauté de l’agglomération creilloise - Daniel Paris, maire de Sens


http://www.villesmoyennes.asso.fr/newsletter/index2.php?rub=1212&id_article=1289

jeudi 14 avril 2011

MARTELLY ANNONCE UNE "ERE NOUVELLE" EN HAITI

A la maison, nous sommes tous fans depuis bien des années du chanteur Michel Martelly.
« Yon ti moral », un chef-d'oeuvre du Compas d'Haïti.
Ce dernier vient d'être élu président de la république en Haïti avec 67.57 % des suffrages exprimés. Il sera officiellement déclaré vainqueur demain, au premier jour des vacances scolaires de printemps pour l'académie de Bourgogne.
Nos diplomates ont rendu hommage à « la patience et la maturité du peuple haïtien qui a clairement manifesté son attachement au processus électoral ».
Le successeur de René Préval aborde toute les nécessités de reconstruction et de sécurité d'un pays dévasté par un séisme meurtrier. Beaucoup de déplacés restent à reloger.
Il devra faire tout cela sans majorité parlementaire et dans un contexte explosif si l'on considère l'importance de l'économie criminelle et le retour d'exil des anciens présidents Jean-Bertrand Aristide et Jean-Claude Duvalier.
Pas d'expérience politique et pas de parti en soutien, mais avec pour seul viatique, l'une des plus belles chansons françaises, « Yon ti moral ».
Un blues radical au rythme du Compas de l'île, où tout est dit. Le plus dur sera de faire.
Écoutez ce morceau :  http://www.afromontreal.com/general/play.asp?id=277

Reprise du blog à la rentrée scolaire!

lundi 11 avril 2011

POUR L'APRES SARKOZY, QUE LA FRANCE SE RESSAISISSE !

Alors que le débat sur l'islam porté par l'UMP a fait un flop retentissant, le parti Radical de gauche ( PRG ) organise le 16 avril 2011 à la maison de la chimie à Paris, "les rencontres de l'identité républicaine".

Quoi de plus naturel que le plus ancien des partis politiques de France, qui a assuré le régime républicain dans notre pays, se pose cette question : qu'est-ce que l'identité républicaine ?

Après Sarkozy, la France doit se ressaisir. Et cela commence aujourd'hui.

Au sens habituel, se ressaisir signifie que l'on retrouve son calme et son sang-froid. Il nous semble à nous autres radicaux, que la France, et surtout ceux qui parlent en son nom, trouverait bénéfice aujourd'hui à revenir à un discours moins exalté et à des actions moins agressives tant dans le souci d'assurer la cohésion sociale intérieure que dans la pratique quotidienne de nos relations extérieures. La France est en termes métaphoriques un fleuve large, profond, puissant et qui vient de très loin., Ce n'est pas un ruisseau épisodique agité par des sautes d'humeur comme le serait un torrent et tari l'instant d'après par le moindre caprice du temps. Du calme donc, tel sera le premier message des radicaux.

Mais se ressaisir, c'est aussi se rassembler, mobiliser tous ses moyens et ses atouts. La première responsabilité des dirigeants français doit être la mise en oeuvre de toutes les politiques de solidarités qui rassembleront la Nation plutôt que d'inciter par des discours extrémistes et par des actes discriminatoires au renforcement de divisions déjà trop visibles. Se rassembler signifie encore que l'on fait appel à toutes les valeurs qui ont contribué à l'édification de la République pour donner à celle-ci son visage le plus ouvert, le plus tolérant et son image la plus rayonnante. Empruntons à Jean-Noël Jeanneney sa belle formule, « l'avenir vient de loin », pour signifier que nous croyons aux forces de la mémoire si elle nous aide à prospecter le futur et à peser pour le rendre meilleur dans le mouvement sans fin du progrès et de la justice.

Travaillons…

mercredi 6 avril 2011

SQUARE DES SEQUOIAS

http://www.lyonne.fr/editions_locales/sens/un_sequoia_remarquable@CARGNjFdJSsBEBoECxQ-.html

Une pause nature qui nous rapproche de notre indianité! Le séquia évoque l'Ouest américain et sa nature extraordinnaire. Le séquoia évoque aussi nos cousins "coureurs de bois" qui vivaient en communion avec cette nature. L'histoire commence pour les sénonais avec Jean de Biencourt seigneur de Poutrincourt dont l'hôtel particulier demeure rue de l'epée à Sens. Qui obtint le monopôle de la traite des fourrures en Acadie dès 1604 avec nos alliés de l'époque, ces mêmes indiens Mic-Mac qui ont ensuite construit les grattes-ciel de New-Yorck.
Un français devenait "coureur de bois" par agrément du roi. Etienne Brûlé qui fut l'un des plus célèbres d'entre-eux donnat son nom à une tribu sioux lakota, les fâmeux "sioux Brûlé".
Notre square symbolise simplement cette somptueuse nature américaine et le poids de notre histoire reléguée de l'amérique française à laquelle les sénonais furent associés en plusieurs circonstances.
Peut-être une exposition à venir sur ce thème des relations entre les indiens des plaines et les "coureurs de bois" ?

Pour le plaisir des yeux, voici le site commercial d'un descendant de ces fameux pionniers français qui ont ouvert l'amérique aux européens. Il reste le fournisseur principal des indiens des plaines des USA ou du Canada...
http://www.artindien.com/

dimanche 3 avril 2011

WEEK-END

Quelques exemples de l'occupation d'un maire du Vendredi au Dimanche.
Réunions habituelles avec l'équipe de direction des services, avec l'équipe du cabinet autour des questions générales de la collectivité et spécifiques au maire comme la sécurité ou la démocratie locale, qui s'articulent avec une présence de terrain, base de tout travail d'élu de proximité.
Rencontre du cabinet CDHU qui a été retenu pour la phase d'étude pré-opérationnelle de notre Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat ( OPAH ) afin de résorber l'habitat urbain indigne et la précarité énergétique des sénonais.
Déjeuner avec le Consul Général du Portugal en France, Luis Ferraz, avec lequel nous officialiserons en soirée la création de permanences consulaires au sein de l'Hôtel de Ville. Avec prochainement la possibilité d'y réaliser leur passeport biométrique pour l'ensemble des ressortissants portugais du département de l'Yonne.
Partage et analyse des données statistiques de Sens et du sénonais avec le Directeur Régional de l'INSEE, Monsieur Mallot.
Dernières retouches sur les propositions qui seront faites aux membres du comité de pilotage du PLH ou Plan Local de l'Habitat pour toutes les communes sénonaises. Une fois de plus, cela me permet d'apprécier le professionnalisme de mes collaborateurs directs à l'intercommunalité. Il s'agît du document clé pour l'avenir du développement harmonieux et accompagné pour notre territoire. Il prépare aussi notre futur schéma de cohérence territoriale ou SCOT.
Inauguration de l'école GASTON SIMONATO à Courtois ou l'émotion était palpable
Visite de sites urbains pour l'implantation future de l'ensemble des projets immobiliers sénonais du Centre Hospitalier Spécialisé de L'Yonne avec son Directeur, Monsieur Buzens. Cela aura un impact sur l'urbanisme de l'ensemble de notre ville.
Repas à l'amicale franco-portugaise aux Chaillots.
Rencontre d'un investisseur potentiel puis des représentants d'une association de développement économique.
Rendez-vous à la station d'épuration de St Denis-lès-Sens pour une conférence de presse des élus de l'intercommunalité, en clôture de la semaine du développement durable: pour rien puisque la conférence semble s'être muée en rendez-vous particulier.
Inauguration du restaurant "Chez Joëlle", 3 place du 19 mars 1962 à St Martin-du-Tertre. Je vous conseille les spécialités antillaises.
Promenade collective en ville, sur un vieux vélo que m'on a aimablement prêté en préambule de l'inauguration de la Journée des Mobilités Actives. Comprenez à piéd ou vélo par opposition aux mobilités passives ( bien assis dans une auto ). Pour la promotion des transports en commun, ce sera autre chose.
Nuit de l'eau au Centre Nautique P-Toinot : beaucoup de chaleur et de spontanéïté pour les nombreux jeunes et leurs parents avec des activités variées ( baptêmes de plongée, de kayak, performances nautiques... ) au service de l'UNICEF. Un franc succès.
L'exposition "Sans dessus, dessous" organisée par l'Association Culturelle de Michery est un vrai bonheur! Participative puisque chacun a pu apporter la culotte fendue dite "pisse-drû" de sa grand-mère aux constructions complexes des élégantes parisiennes de la belle époque. Et les bons mots très "brodés" du président ou du conseiller général Dominique Bourreau, sous l'oeil complice et toujours amical du maire Françis Garnier. Oui, une exposition riche et savoureuse qui nous ferait honneur si elle pouvait se délocaliser à Sens.
Labellisation "Arbre Remarquable" pour notre séquoia de la bibliothèque par l'association A.R.B.R.E.S en présence de son président et écrivain Georges Feterman. Diplôme remis ( il ira dans mon bureau ) devant une large assistance dont beaucoup d'adhérents qui n'on pas rechigné à parcourir des centaines de kilomètres. L'arbre qui tranquillement croît comme expression métaphorique de la sérénité...
Inauguration de l'incontournable Salon gourmand du chocolat organisé par le Lion's Club et comme toujours un succès d'organisation avec cette année un concours d'apprentis, très bien ressenti par les élus du conseil municipal des jeunes qui n'ont pu s'empêcher... de prononcer un discours éloquent.
Concert du coeur ukrainien de St Vladimir le Grand en Nôtre-Dame de Villeneuve-l'Archevêque.. en présence de l'Archevêque. Nous avons été l'un et l'autre séduits par la qualité des chants liturgiques auditionnés.
Clôture du 24ème festival du court-métrage de Sens, le CLAP 89, un bon crû avant l'édition anniversaire de l'an prochain.
Pff!!
Et maintenant, un bon cigare double corona de Cuba, c'est mérité.

LE DIPLÔME D'ACCES AUX ETUDES SUPERIEURES OU DAEU, EN SEPTEMBRE A SENS

Le second Carrefour de l'Emploi et de la Formation co-organisé par la ville de Sens a été un succès avec près de 2000 visiteurs au contact d'une quarantaine d'entreprises ayant la nécessité de recruter. Avec l'engagement de tous les partenaires qui oeuvrent à l'employabilité de ceux qui paraissent les plus éloignés de l'emploi.
L'Ecoparc porté par la municipalité  au service des entreprises accueillera également autour de Pôle Emploi, dans un contexte convivial propice aux échanges, l'ensemble des acteurs constitutifs d'une "Maison de l'emploi".
Les formations supérieures dans les services, en alternance et apprentissage sont aussi une priorité pour le sénonais et sa ville centre. Avec une mise en oeuvre qu'il est raisonnablement possible de situer en 2012.
Dans cette attente, création dès septembre de cette année d'un diplôme d'accès aux études supérieures ( DAEU ), sorte d'école de la seconde chance.
Bref, une ville qui bouge et vibre à l'unisson de tout son territoire!

mercredi 30 mars 2011

VRAIE FAUSSE INFORMATION...VRAIES FAUSSES INFORMATIONS...

http://www.dailymotion.com/video/x1pdbi_cafe-rencontre-13-avril-2007_webcam

Juste un petit bout de campagne électorale en 2007 que j'ai retrouvé sur le web parmi beaucoup d'autres, alors que je poursuis le réferencement de ce blog.
Il montre un candidat Paris plus svelte et encore brun. Bref, l'emprise du temps qui s'accélère avec une vie publique qui devrait nous conditionner en sportifs de haut niveau, pour une condition physique irreprochable face à de multiples aggressions!
Mais certaines vraies fausses nouvelles (vote sur le fil du budget primitif de la ville de Sens selon un quotidien local) accelèrent-elles ce processus? Avec en réalité 12 votes d'opposition pour 35 votants!

Demain je vous parlerai du second Carrefour de l'Emploi et de la Formation de Sens: un vrai bonus.

lundi 28 mars 2011

ABSENCE DE CLARTE POLITIQUE: ATTENTION DANGER!

Le Front National s'installe dans les esprits et bien entendu dans les urnes. La concurrence professionnelle des "étrangers" lorsque l'emploi se raréfie et se précarise ainsi que la cogestion supposée ou réelle entre les deux grands partis gouvernementaux en sont le ferment. L'abstention record (environ 70 % à Sens sur les deux tours) et surtout un taux record largement au dessus de 10 % de votes nuls et blancs parmi les électeurs qui se sont déplacés dans les bureaux de vote, témoignent d'une vie citoyenne proche du coma.

Bien sûr, la gauche l'emporte globalement dans notre pays et nous pouvons comme l'a indiqué Martine Aubry, travailler dès aujourd'hui à  une victoire impérative lors des échéances de 2012, présidentielle et législatives. Avec un parti socialiste pivot de la gauche qui devra prouver sa capacité à rassembler. Une victoire progressiste lors des élections sénatoriales de septembre concrétiserait une telle démarche. Un échec révélerait inversement l'incapacité du parti pivot à rassembler au-delà de lui-même, avec de nouveau un scénario de type 21 avril à la clé !

Dans le département de 'Yonne qui restera  gouverné par la majorité présidentielle, la droite apparaît divisée quant au choix de son futur président. Ce sera ROLLAND ou VILLIERS.
Conformément au mandat de ses électeurs, l'opposition plurielle de gauche aura à présenter son candidat, au nom de nos valeurs et des citoyens qui nous soutiennent pour les porter.
Depuis hier soir, les interventions du président de l’ACSY et du premier fédéral du PS évoquent pour jeudi un vote de l'opposition de gauche en faveur du sénateur VILLIERS suppléant du ministre de RAINCOURT.
Faire ce choix, n'est-ce pas accréditer une cogestion départementale de fait de l'UMPS comme l'affirme son concurrent FN? Renvoyant un certain nombre de nos concitoyens à leur certitude de ne pas être entendus des hommes et des femmes politiques.

C'est donc très solennellement que j'engage mes collègues et amis progressistes élus dans cette nouvelle assemblée départementale à présenter jeudi, un candidat à la présidence du conseil général.
Parce que nous avons des convictions et que les électeurs qui nous font confiance doivent observer dans les faits la mise en oeuvre d'orientations claires. Je ne souhaite plus partager comme hier soir, l'angoisse du communiste Alain Lagrange qui a pu, un momment, se croire éliminé par le frontiste Édouard Ferrand sur le canton de Sens sud-est.
Un positionnement clair pour ne plus revivre, 10 ans après, un remake du 21 avril 2002.

jeudi 24 mars 2011

REVOLUTION(S) LAÏQUE(S) ET "PRINGTEMPS ARABE"

L'appétence démocratique est en sommeil à Sens puisque moins de 30 % des sénonais inscrits sur les listes électorales ont voté dimanche dernier aux cantonales.
~
Ce n'est pas le cas ~d'un moyen-orient boulimique de démocratie: Tunisie, Égypte, Lybie, Syrie, Barheïn, Yémen, Arabie Saoudite, Algérie…
Avec un caractère républicain et laïque très précocement évident en Tunisie et qui pourrait dans une formidable opportunité de l'Histoire, devenir un leïtmotiv. El a été récemment entonné par les représentants provisoires de l'opposition libyenne.
Une appétence démocratique qui s'apparente à un tsunami. Comparaison d'un raz-de-marée d'exigence démocratique à la catastrophe naturelle et industrielle japonaise, pour mieux en ressortir l'horreur au quotidien. Oui, il faut être désespéré pour que des jeunes d'aujourd'hui osent affronter pratiquement à mains nues les forces de l'ordre à Deraa dans une Syrie soumise à la loi d'urgence depuis 1963 avec toutes les exactions que cela autorise...
Oui il faut être désespéré pour que des jeunes d'aujourd'hui osent affronter pratiquement à mains nues les forces armées libyennes kadhafistes dans une lutte très asymétrique...
La peur d'une mort possible voire probable n'a plus prise, la volonté se nourrissant d'un rejet violent et viscéral d'un quotidien infernal, fait de frustration et d'humiliation, de négation de soi. Une révolte collective bien sûr mais, fait inédit dans ces contrées, au service d'une liberté individuelle à conquérir.

lundi 21 mars 2011

LES SENONAIS GUERE CONCERNES PAR LES CANTONALES

http://www.lyonne.fr/editions_locales/region/1er_tour_des_cantonales_la_majorite_uay_ne_lache_rien@CARGNjFdJSsBEx8DChs-.html

70,31%d'abstentionnistes au premier tour de l'élection cantonale à Sens ce dimanche 20 mars 2011.
Aucun candidat ne rassemble sur son nom les 12,5 % d'électeurs inscrits sur les listes électorales de la ville.
Dans le contexte d'un mandat peu visible dans les villes qui sont par nature exclues des contrats de canton, enveloppes financières que gèrent les conseillers et exclusivement réservées aux communes suburbaines et rurales. 

COMMUNIQUE DE PRESSE

« Daniel Paris (maire de Sens, président de la fédération PRG de Bourgogne) appelle à voter pour Marie-Thérèse REY-GAUCHER (PS) et Alain LADRANGE (PCF) dans les deux cantons sénonais et à un vote républicain sans réserve dans tous les cantons où est présent le FN »

jeudi 17 mars 2011

QUAND NOTRE MINISTRE DE LA COOPERATION SE PREND UN VENT... DE L'HISTOIRE

2011, une polémique se développe quant à l'avenir de l'énergie nucléaire en France alors que les Japonais dans le désarroi, vivent une tragédie naturelle et industrielle qui se double d'une crise humanitaire avec pour compagnons la froidure, les privations et le deuil.
Ce débat est-il déplacé ? Ou importe-t-il surtout d'offrir de réelles alternatives au tout nucléaire ?
D'abord, commençons en réalisant de substantielles économies dans la consommation de mégawatts/heure par de sérieuses mesures d'amélioration de l'isolation thermique pour les particuliers comme les structures collectives privées ou publiques de toute nature.
Cela devait être à mon sens l'un des thèmes essentiels de la campagne électorale aux élections cantonales eu égard aux compétences des départements.
Silence radio dans l'Yonne… et silence de mort au Japon...
Ensuite, l'énergie éolienne doit être promue. C'est une évidence s'agissant de la seule énergie alternative réellement disponible et profuse sur notre territoire et pouvant offrir les moyens d'un choix pour sortir partiellement (ou totalement) du nucléaire dans un avenir raisonnable.
Mais souvenez-vous l'année 2007 avec le projet de parc éolien des communes de Lixy et Brannay dans le Gâtinais. Et cette incompréhensible prise de position publique du président du Conseil Général de l'Yonne de l'époque, Henri de Raincourt, qui s'y oppose « en raison des coûts élevés et d'une esthétique discutable ». Le conseiller général aura même imposé à la communauté de communes du Gâtinais la compétence environnementale (création et gestion de zones portant production d'énergie renouvelable)  pour mieux geler le projet, poussant Claude Vignault maire de Brannay et président de ladite communauté de communes à la démission. Humiliation sans doute sans autre fondement que la demande d'habitants, de riverains relayés par quelques élus locaux. Ce fâcheux exemple venu « d'en haut » allait alors renforcer imparablement les divers regroupements d'opposants au développement de l'énergie éolienne.Force est de constater que ce positionnement de notre actuel ministre de la coopération a considérablement entravé le développement pourtant inéluctable de l'une des seules alternatives au tout nucléaire avec ses risques technologiques inhérents.
C'est bien d'une approche plus moderne et démocratique des enjeux pour notre nation que naîtront les conditions indispensables d'un débat serein et transparent sur l'avenir énergétique de la France.

dimanche 13 mars 2011

UN PRESIDENT DE COMMUNAUTE DE COMMUNES QUI S'ATTRIBUE LES PROJETS MENES PAR LES AUTRES, IL FALLAIT OSER !

Je souhaitais vous accueillir Monsieur le maire de St Clément, dans notre centre social des Chaillots ou vous tiendrez une réunion électorale.
Vous êtes dans le civil le gendre du numéro 2 de l'ACSY officine électorale départementale du PS et par ailleurs soutenu par l'UAY officine électorale départementale de l'UMP. Vous êtes donc doublement conseillé et pour paraphraser le dicton, un Homme comme vous doublement averti en vaudrait quatre, quatre comme autant de mandats... Mais ce truculent mélange des genres me pousse à apporter un éclairage sur votre communication électorale, éclairage qui me semble indispensable à la bonne information des électeurs du canton de Sens nord-est.
Car si à St Clément vos concitoyens savent à quoi s'en tenir, ici à Sens, quelques précisions ne me semblent pas superflues.
Monsieur Pirman, vous avez distribué dans les boîtes aux lettres un document qui m'est parvenu, que j'ai lu avec beaucoup d'intérêt et d'attention et, je ne vous le cache pas, avec un certain amusement.
À vous lire, il semblerait que vous ayez aménagé les berges de l'Yonne à Sens, que vous ayez rénové la salle omnisports à Sens, que vous ayez construit le port de GRON, que vous portiez l'ANRU et la rénovation urbaine dans les quartiers, le CUCS et la politique de la ville (doit-on vous attribuer le permis de conduire à 150 euros?)......,j'en passe et des meilleures.
Tout ça parce que vous avez apposé votre signature au bas d'un document qui regroupait les projets phares des communes de la communauté de communes ou parce que la communauté de communes participe à certains financements comme il est de son ressort.
Un président de communauté de communes qui s'attribue les projets menés par les autres, il fallait oser !
Plutôt que de vous attribuer les mérites des autres, vous auriez peut-être dû parler de la façon dont vous avez fait le job, comme dirait votre collègue de l'Élysée, Sarkozy.
Comment, en trois ans, vous n'avez pas levé le petit doigt pour réformer les compétences totalement bancales et non conformes à la loi de la communauté de communes. Pourtant, voilà un travail essentiel de président, notamment au regard de l'extension des périmètres voulue par la loi et à l'accueil des nouvelles communes qui vont nous rejoindre

LA REFORME FISCALE JUGEE PENALISANTE PAR LES MAIRES DES VILLES MOYENNES

La FMVM
Association créée en 1988, présidée par Bruno Bourg-Broc, député-maire de Châlons-en-Champagne, la
Fédération des Maires des Villes Moyennes (FMVM) regroupe les maires des villes centre dont la
population est comprise entre 20 000 et 100 000 habitants ainsi que les présidents des intercommunalités
à fiscalité propre qui intègrent une ville moyenne.
La FMVM identifie et étudie les spécificités des villes moyennes et de leurs agglomérations, pôles
d’équilibre entre les métropoles régionales et les territoires ruraux. Les villes moyennes et leurs
intercommunalités sont des lieux de convergence et de mobilisation des énergies urbaines et rurales, où
la qualité de vie constitue un facteur fort d’attractivité.
Organe de réflexion et de conseil, elle est une force de proposition pour la défense et la reconnaissance
des villes moyennes et de leurs intercommunalités. Paritaire dans ses instances de décision, la FMVM
compte aujourd’hui près de 200 adhérents.

Etude réalisée par le Cabinet Ressources Consultants Finances pour la FMVM (mars 2011)







Suite à la présentation d’une étude inédite,
villes moyennes et présidents de leurs intercommunalités ont constaté les nombreuses contraintes
d’application de la réforme de la taxe professionnelle.
Les élus des villes moyennes anticipent notamment une perte de ressources et de dynamisme fiscal
dans leurs bassins de vie. D’après les résultats de cette étude publiée par la FMVM, le « manque à
gagner » sur 155 territoires à l’horizon 2015 serait évalué à 160 millions d’euros, soit une perte de
dynamisme des ressources de 0,7% par an.
Cette étude relève également qu’une majorité de villes moyennes et de leurs EPCI (56% contre 27% au
niveau national) sera compensée des pertes de ressources par l’attribution d’une dotation de
compensation gelée dans le temps. Les élus des villes moyennes et de leurs communautés regrettent ce
handicap de départ induit par une ressource figée.
Ils s’inquiètent aussi du flou pesant sur les recettes réelles des villes moyennes et de leurs EPCI dans
les prochaines années : en l’absence de données chiffrées précises sur les futures ressources fiscales
(CVAE en particulier), les maires des villes et présidents de leurs communautés s’interrogent sur la
possibilité de voter des budgets rigoureux en 2011.
Ils soulignent encore, l’altération du lien entre les groupements des villes moyennes et les entreprises.
Le passage d’une fiscalité majoritairement économique (la taxe professionnelle) à un impôt ménage
prépondérant (la taxe d’habitation) met à mal une compétence obligatoire : le développement
économique de bassins de vie déjà frappés par les effets de la crise.
S’agissant des revirements législatifs sur la question des abattements de taxe d’habitation : les élus des
villes moyennes souhaitent qu’une loi de finances rectificative annule les abattements communautaires
décidés par certains EPCI en 2010, puisque la loi de finances pour 2011 prévoit déjà - pour tous les
EPCI - de ramener la taxe d’habitation à l’ancien taux départemental. Ils espèrent enfin que des
modifications seront apportées dans l’information donnée au contribuable sur son rôle de taxe
d’habitation, telles que les évolutions résultant du transfert de la part départementale.

lundi 7 mars 2011

MONTEBOURG ET AUBRY RASSURENT NOS ELECTEURS

http://bourgogne.france3.fr/info/sud-bourgogne/arnaud-montebourg-critique-martine-aubry-67685668.html

Pas de commentaire sur le fond de ce reportage mais encore une fois l'occasion offerte au PS de parler d'une voix bitonale!
Point de difficulté de cet ordre au PS de l'Yonne ou nombre de ténors ont pris de longue date l'habitude de faire évaluer leur feuille de route par Monsieur Henri de Raincourt ministre UMP de l'Yonne (tout de même républicaine). Ce qui garantit une certaine homogénéité du message.
Comme l'indique d'ailleurs souvent le ministre lui-même, lors des très nombreuses inaugurations qu'il honore de sa présence : « je propose de ne faire qu'un discours au nom de tous les élus ici présents puisque nous pensons tous la même chose, ou à peu de chose près ! »
Dans l'Yonne en Bourgogne, la vie politique pourrait paraître anesthésiée. Allez donc comprendre pourquoi…

DEVELOPPER LES SOINS CONTRE LE CANCER DANS LE NORD-ICAUNAIS

http://www.lyonne.fr/editions_locales/sens/sens_s_equipe_pour_garder_ses_patients@CARGNjFdJSsBExgMARg-.html

Un article de la presse locale faisant état de ce combat que je partage avec d'autres professionnels de santé pour l'installation d'une RADIOTHERAPIE dans le nord-icaunais.

AVEC MARINE LE PEN, L'HISTOIRE PEUT-ELLE SE REPETER ?

http://www.aujourdhui-en-france.fr/election-presidentielle-2012/sondage-marine-le-pen-en-tete-au-1e-tour-de-la-presidentielle-05-03-2011-1344656.php

"La multiplicité des candidatures à gauche en 2002 et 15 jours d'entre deux tours de présidentielle pour rassembler 15 mois de dispersion ne seront pas suffisants" avais alors prophétisé le radical de gauche Gérard Charasse. Cela avait conforté ma prémonition de terrain : le Front National sera au second tour et Jospin éliminé. Mes amis socialistes ne voulaient pas le croire...
10 ans plus tard et après bien des péripéties, l'effondrement de la popularité de Nicolas Sarkozy assure-t-il mécaniquement l'avènement d'une nouvelle gauche plurielle? Avec un 21 avril à l'envers?.

D'abord  l'adjectif « plurielle » ne sied plus vraiment à la gauche puisque depuis 2002 précisément, nous sommes passés des entiers naturels aux nombres complexes comme le diraient les matheux et toujours Gérard Charasse. Car les gauches se déchirent entre elles et dans elles à une seule exception, celle de la famille radicale.
Qui puise dans son corps de doctrine un ancrage stable et qui, pour préférer l'histoire à l'actualité, trouve dans le solidarisme, la laïcité et la République, des valeurs que l'écume des jours n'atteint pas.
Autant de réponses que de nouvelles façons de penser.

Localement dans l'Yonne, les radicaux ont su faire preuve de responsabilité en s'adressant directement aux électeurs et aux militants de la gauche dans toute sa diversité, pour que les choses évoluent positivement au niveau départemental. Le parti pivot de la gauche, le parti socialiste, a-t-il pris toute la mesure de sa responsabilité qui est de rassembler toutes les familles de la gauche? À l'échelon départemental, rien n'est moins sûr… et à d'autres niveaux?

Alors OUI, 10 ans plus tard, il est très clair que l'histoire électorale de la présidentielle pourrait se répéter.

mercredi 16 février 2011

Quand un député et un ministre sont à la manœuvre… et se prennent les pieds dans le tapis

En réponse à la tribune parue dans la presse locale du 11 février signée Henri de Raincourt et Marie-Louise Fort


La justice, la police, l’éducation nationale, les collectivités territoriales, la diplomatie, voilà qui commence à faire beaucoup.

Notre pays prend l’eau de toutes parts et la prestation d’Henri de Raincourt et de Marie-Louise Fort, lors d’une récente tribune adressée à la presse locale nous donne un début d’explication à un tel marasme.

Ils sont aux commandes, ils votent des lois, ils ne les connaissent même pas !

Plus grave encore, ils vont sur internet consulter de vieilles simulations -dont les hypothèses et les règles de calcul ne sont pas précisées- pour savoir ce qui se passe dans les finances de la ville de Sens.

Nous les recevrons volontiers pour leur montrer les vrais chiffres si l’envie leur en prenait de vouloir les connaître.

Monsieur le Ministre, Madame le Député, sans la réforme de la taxe professionnelle, la ville de Sens aurait perçu 7 491 477 € en 2010, avec la réforme nous avons reçu 7 275 400 €. C’est simple, c’est clair, ça ne souffre aucune contestation.

Il est vrai que Madame Fort étant la cause du problème, n’est pas pressée de voir la vérité en face : trois baisses d’impôt successives, sans le succès électoral escompté, mais avec la ville dans le réseau d’alerte financière, beau travail, il est vrai très comparable aux réalisations du gouvernement !

La suite de cette gestion avisée, c’est une hausse rendue obligatoire des impôts en 2009, qui place la ville en situation défavorable par rapport à la réforme fiscale du gouvernement Sarkozy.

Parler sans savoir, manipuler l’opinion à dessein, on hésite sur les motivations de l’intervention de nos deux éminents UMP départementaux. Dans les deux cas, vues les fonctions occupées, c’est très inquiétant, car ils ont encore quelques mois à sévir.